EN  -  NL
Cultures & Pays
Travailler avec des Chinois : risque ou opportunité ?
2 avril 2015
0

Il n’y a pas si longtemps, faire du commerce avec « l’Empire du Milieu » était une activité extraordinaire. Les « missionnaires » envoyés ou expatriés par les entreprises étaient courageux et admirés comme des pionniers. Aujourd’hui travailler avec la Chine est quasi incontournable tellement les Chinois sont nombreux et partout.

La Chine moderne investit dans le monde

De plus en plus riches, de plus en plus innovants, de plus en plus mobiles, les touristes chinois sillonnent nos plus belles régions tandis que leurs compatriotes investisseurs intègrent le capital de nos grandes entreprises.

Le pays des châteaux et de l’art de vivre les attirent depuis longtemps ; ils croient aussi en nos idées ingénieuses pour assurer un développement durable de leur pays. Devant cet afflux massif de personnes et de capitaux, inutile de prendre peur ou de craindre pour l’avenir de notre pays.

Où est le risque ?

En réalité, le risque est maintenant derrière nous. Un véritable danger a pris sa place : celui de ne pas percevoir ce changement rapide et insonore comme une formidable opportunité. Bien sûr que le marché chinois reste une opportunité gigantesque pour nos entreprises mais il faut préparer demain. Le gouvernement de Xi Jinping cherche à libérer son pays d’une dépendance trop grande envers les technologies étrangères.

Le marché intérieur chinois

Enrichie par les milliers de transferts de technologie imposés aux importateurs depuis des décennies, la Chine est maintenant innovante dans les nombreux centres de recherche et développement créés dans ses grandes villes.

Comme les Chinois apprennent très vite et s’améliorent rapidement, il n’est pas l’heure de nous assoupir ni de nous reposer sur nos lauriers. Conscient de la fragilité qu’engendre la trop grande dépendance à l’égard des exportations, le gouvernement chinois travaille aussi à développer son propre marché intérieur.

Ce redressement évident de la Chine nous pousse à envisager la coopération autrement. En dehors de certains produits de luxe qui ont dû rester français, les grands exemples de réussite en Chine ont fait le pas vers la conception chinoise adaptée au marché chinois. Sans cet effort d’adaptation, on peut craindre un business difficile.

Les Chinois en France

L’opportunité de travailler avec les Chinois est aussi en France. A condition que son niveau d’insécurité ne retienne pas les Chinois chez eux, notre pays « ami » (depuis la reconnaissance de la République Populaire de Chine par le Général de Gaulle en 1964) est suffisamment magnifique pour les inciter à passer du bon temps chez nous. Certes, ils passent encore en coup de vent mais on peut s’attendre à ce qu’ils prennent plus de temps à profiter des lieux.

Un immense chantier s’ouvre à nous qui doit prendre en compte tous les maillons de la chaine logistique pour nous assurer que de l’aéroport de Roissy CDG aux Champs Élysées, en passant par les Galeries Lafayette, tous les acteurs qui « accueillent » les touristes chinois répondent à leurs attentes légitimes, leur donnent envie de revenir et les incitent à parler en bien de leur séjour quand ils rentrent chez eux. L’apprentissage du chinois mandarin va devenir incontournable dans les écoles de tourisme. Si l’anglais est de plus en plus familier pour un Chinois, c’est dans sa langue de caractères que les liens se tissent et qu’il dévoile sa personnalité.

Le grand écart

Enfin, quand il s’agit de travailler dans une équipe ou une Joint venture franco-chinoise, l’écart culturel entre nos deux pays nécessite de notre part la souplesse du grand écart. Focalisés sur les concepts idéaux, les plans et les objectifs, nous devons rester pragmatiques pour les rejoindre sur les seuls terrains qui leur importe : le présent et le business.

La rigueur de nos processus est sans cesse remise en cause par un questionnement insolite qui cherche à comprendre. Nos possibles enjeux personnels ou partiels sont dépassés par la passion du collectif qui rend tout supportable. Enfin, notre style de management plus cérébral se trouve ébranlé par une appréhension plus humaine et émotionnelle de la relation hiérarchique.

Les jeunes Chinois envient notre créativité mais ils nous trouvent aussi compliqués à vouloir en premier analyser les causes des problèmes avant de les résoudre. Sans percevoir ce grand écart culturel qui ne se fait pas du jour au lendemain, le Français qui travaille avec des Chinois peine à tout comprendre, peut vite perdre patience et risque l’échec. Au contraire, la pratique indispensable de cette gymnastique est un atout formidable pour gagner en souplesse et agilité dans toutes les relations de travail.

Philippe LAURENT, consultant Akteos, leader de formations interculturelles

Lire aussi : Comment réaliser un audit interne en Chine ?

Au sujet de l'auteur

Philippe Laurent

Philippe Laurent

Après 15 années d’expérience dans l’industrie ferroviaire dont 5 passées en Chine à la tête d’un projet de Métro pour la ville de Shanghai, Philippe LAURENT intervient aujourd’hui comme formateur et accompagnateur de managers et de dirigeants. Son parcours en philosophie, sa connaissance du travail en industrie et son immersion dans la culture chinoise lui permettent d’aider efficacement de nombreuses sociétés confrontées aux difficultés pratiques des équipes multiculturelles. Parmi les formations qu’il dispense, celle qui initie les futurs expatriés à la culture chinoise est très appréciée des professionnels et de leur famille, grâce à une approche très globale, concrète et pratique des écarts. Auteur d’un ouvrage sur le Bonheur au travail, Philippe LAURENT anime toutes les semaines une chronique sur Lexpress.fr sur le thème du management.

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

contrat en Chine

Négocier un contrat en Chine

Le contrat en Chine n'est pas significatif en soi....

Lire la suite
Management à la française

Management à la française

Jean-Luc Placet, associé de PricewaterhouseCooper...

Lire la suite
Le paradis et l'enfer en Europe

Le paradis et l’enfer en Europe

Rien de tel que l'humour pour mettre en scène des...

Lire la suite