EN  -  NL
Etudes de cas Management Interculturel Mobilité internationale
L’impact des différences culturelles
3 septembre 2015
2
, , , , ,

Suite de l’étude de cas interculturelle

Theresa chez les Frenchies

Etude de cas interculturelle

Étude de cas interculturelle

I. Theresa arrive en France

Comment vit-elle cette situation ?

Pour Theresa, se promener dans les couloirs et « papoter » avec des collègues alors qu’elle a des dossiers à traiter et des projets à lancer, c’est une perte de temps terrible ! C’est tout simplement inutile.

Elle n’a pas conscience de l’impact des différences culturelles sur l’environnement de travail et commence à stresser car elle est perturbée dans son organisation. Elle est hors de sa zone de confort.

Qu’est-ce qui explique cette réaction ?

Elle pense avoir été envoyée en expatriation pour déployer ses compétences, démarrer des projets et non pour « faire des couloirs » ! Orientée  tâche, résultat, rendement, elle craint d’être détournée de ses objectifs et de ne pas les atteindre en temps voulu. Elle est de plus en plus mal à l’aise et s’angoisse à l’idée de ne pas pouvoir accomplir sa mission.

Pourquoi ses employeurs lui demandent-ils cette « initiation » ?

Pour ses employeurs, Theresa ne peut avoir de bons résultats que si ses relations avec les autres sont solides. Ils savent que, dans un environnement français, c’est un investissement en temps nécessaire qui paiera à long terme et générera confiance et crédibilité.

II. Theresa prépare un déplacement au Maroc

Pourquoi Theresa a-t-elle adopté ce mode de communication avec Mohamed ?

Pour Theresa, Mohamed maitrise son sujet et connaît le projet. Par conséquent, elle va droit au but, sans perdre de temps en bavardages inutiles, et ce en vertu de l’adage « Time is money ». Elle ne ressent pas le besoin de prendre en compte l’élément relationnel, pourtant fondamental au Maroc. Nous sommes ici pour travailler.

Comment Mohamed perçoit-il l’attitude de Theresa ?

Pour lui, il est inconcevable de ne pas échanger avec un nouveau collègue lorsque l’on se rencontre pour la première fois. Il voudrait mieux la connaître avant de commencer à travailler avec elle. Cette entrée en matière frontale de la part de Theresa peut le choquer, lui faire perdre la face, et empêcher dès le début de créer une relation de confiance entre eux.

Quels sont les paramètres culturels illustrés ici ?

Comment créer la confiance ? En rassurant grâce à son efficacité et son expertise ou en prenant le temps de faire connaissance ?

Profil culturel : France, Etats-Unis, MarocC’est très variable d’une culture à l’autre. Les dimensions culturelles étudiées dans le Profil Nomad’ peuvent nous aider à trouver la solution. En l’occurrence, on peut s’appuyer sur celles qui relèvent du rapport aux autres : les relations professionnelles, la communication implicite ou explicite, la résolution des désaccords, l’expression des émotions. La gestion du temps entre ici aussi en ligne de compte.

Theresa peut-elle « rattraper » cet impair culturel ?

Après avoir compris son « faux-pas », Theresa rappelle Mohamed et lui demande s’il a quelques minutes pour échanger avec elle… Après quelques mois de rétropédalage, elle commet avec ses interlocuteurs marocains en particulier un gros impair. Il était une conséquence directe d’un intérêt seulement superficiel pour la culture de ses interlocuteurs. Cela aurait pu s’arranger si elle avait davantage intégré les différences culturelles dans sa manière de travailler avec d’autres cultures.

Un an seulement après son arrivée en France, Theresa, en difficulté, a été renvoyée aux États-Unis.

Ce cas illustre l’impact des différences culturelles dans l’environnement professionnel et montre qu’un projet peut échouer si l’on n’intègre pas la dimension interculturelle.

Nancy Bragard, consultante Akteos, leader des formations interculturelles

Au sujet de l'auteur

Nancy Bragard

Nancy Bragard

Consultante interculturaliste et architecte de process et de dialogue. Franco-américaine, Nancy se passionne pour la logique de l’intelligence de l’autre et la richesse inhérente à la diversité culturelle. Son approche permet un cadre sécurisant et propice à la participation des personnes réunies pour faire émerger un échange authentique, un savoir tacite et souvent inexploité. S’appuyant sur la justesse de l’intelligence collective déclenchée par les méthodes participatives, elle favorise les actions pérennes car identifiées, façonnées et coordonnées par les acteurs eux-mêmes.

Il y a 2 commentaires

  • Jean Luc Martin Jean Luc Martin dit :

    Bonjour madame,

    Bien qu’ayant lu le deuxième article de votre cas concret je vous propose une nouvelle approche…
    1) Personnellement j’estime qu’il y a au départ une très grosse erreur de la direction en confiant d’emblée à une consultante féminine une mission nécessitant d’entrer en contact avec un correspondant d’origine musulmane… sans savoir qu’elle est exactement la disposition d’esprit de ce dernier en matière de relations de travail avec une femme. Le Maroc n’est certes pas comparable à certains autres pays arabes et de loin, fort heureusement, mais qui nous dit que Mohamed est suffisamment ouvert d’esprit et moderniste pour oublier cette sentence qu’il a très certainement dû entendre dès son plus jeune age « Que Dieu nous préserve des maléfices du démon et de la femme »… ou cet enseignement du Coran qui rappelle que « la femme est pleine de ruses »…En matière de choix des interlocuteurs ne perdons pas de vue qu’aux yeux du musulman traditionaliste, « le mâle symbolise la vertu, le courage et la générosité tandis que la femme est dite faible et ne représente qu’une tentation, un fardeau, un élément de discorde »… Lui envoyer un correspondant de sexe féminin chargée de la manager ne constitue pas la meilleure façon de flatter sa dignité ! C’est là à mon sens le problème de fond.
    3) La seconde observation que je formulerai sera de dire que par dessus le marché on ignore délibérément une donnée de base essentielle en Orient, à savoir que Mohamed appartient à une société où traditionnellement on juge les gens sur leur comportement et non sur leurs réalisations… Comment peut-on attendre qu’il fasse confiance d’emblée à une inconnue sans l’avoir évaluée ou jaugée lui-même au préalable, même si cette dernière est bardée de diplômes et auréolée d’un passé professionnel prestigieux ?
    3) Une dernière remarque enfin concernant la prise de contact entre Theresa et Mohamed… La précipitation, voire la brutalité avec laquelle celle-ci entre dans le vif du sujet, va bien entendu à l’encontre de toutes les prescriptions en la matière mais rien ne nous dit (en l’absence de transcription d’un vrai dialogue) que cette dame non contente de ne pas respecter l’impératif de la tradition et des usages a aussi ignoré l’impératif religieux et l’impératif de la magie, qui sous-tendent les formes de la politesse en Orient… En effet, d’une part elle n’a sans doute pas évoqué le nom de Dieu dans ses salutations (ce qui est au demeurant compréhensible pour son interlocuteur car elle est non musulmane) mais il n’est pas aussi impossible qu’elle ait également bafoué le principe de précaution à l’égard du mauvais œil et du malheur en utilisant inconsciemment certains mots ou expressions censés véhiculer le malheur et particulièrement redoutés au Maroc… Si Mohamed est non croyant ou est un esprit suffisamment ouvert cela n’aura pas grande importance… mais dans le cas contraire échec assuré de la prise de contact… !

    Bien cordialement.

    Jean Luc martin

  • […] Différences culturelles -Regards Interculturels. Suite de l’étude de cas interculturelle Étude de cas interculturelle I. Theresa arrive en France Comment vit-elle cette situation ? Pour Theresa, se promener dans les couloirs et « papoter » avec des collègues alors qu’elle a des dossiers à traiter et des projets à lancer, c’est une perte de temps terrible ! Elle n’a pas conscience de l’impact des différences culturelles sur l’environnement de travail et commence à stresser car elle est perturbée dans son organisation. […]

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

    Equipe multiculturelle - akteos.fr

    Equipe multiculturelle : une évidence improbable

    Jean Pautrot qui a longtemps été Directeur Mobil...

    Lire la suite
    créer la confiance à distance

    Créer la confiance à distance

    Créer une relation de confiance dans une équipe ...

    Lire la suite
    culture d'entreprise

    La culture d’entreprise, un atout majeur !

    La culture exerce une forte influence sur les rés...

    Lire la suite