EN  -  NL
Anecdotes interculturelles Cultures & Pays
Le tourisme indien en France
3 mars 2016
0
,

Pourquoi la France attire-t-elle les Indiens ?

Tourisme indien en France

De récentes études montrent que le tourisme indien est en pleine expansion, particulièrement en France depuis 2013. Ashok Pakiam, consultant Inde pour Akteos, nous apporte son éclairage.

Que viennent chercher en France les touristes indiens ?

Le tourisme indien est récent

La notion de « départ en vacances » est récente en Inde, à peine une vingtaine d’années. D’abord, l’essentiel du tourisme indien se concentre sur l’Inde. Ensuite, la première destination étrangère est la Thaïlande où le taux de change nous est favorable.

Le phénomène récent du tourisme indien en France est apparu avec l’émergence d’une classe moyenne qui aujourd’hui accède au crédit et peut s’offrir des voyages de plus en plus lointains.

L’image de la France

L’image de la France, c’est le romantisme. Paris, avec ses monuments comme la Tour Eiffel, le Louvre, Notre Dame, reste le lieu le plus prisé.

Le touriste indien qui voyage aussi loin est à la recherche d’histoires à raconter, plus qu’à la découverte d’une culture nouvelle. Il veut retourner dans son pays avec de nombreuses photos pour montrer à ses proches qu’il a vu la Tour Eiffel, lorsque le touriste français, lui, s’intéresse davantage à l’histoire et à la culture.

Le séjour des touristes indiens en France se déroule généralement sur une courte durée ; on parle de « vacances cartes postales » où l’on cherche à s’imprégner d’images plus que de savoir.

A la différence des Chinois ou d’autres touristes asiatiques, les Indiens font moins de shopping. Ayant déjà leurs marques de luxe au niveau national, ils sont moins attirés par les marques françaises sauf dans le domaine de la parfumerie, très appréciée par les Indiennes.

Comment la culture française est-elle perçue en Inde ?
Quelles représentations les Indiens se font-ils  des Français ?

Le Français est attentif à son apparence

Le style de vie à la française est encore associé au fromage et au vin! Le Français est souvent perçu comme un « French lover », romantique et galant mais aussi un peu libertin. Cette image a été répandue en Inde essentiellement à travers le cinéma.

Les Indiens trouvent aussi que les Français font très attention à leur apparence. Souvent, vos tenues vestimentaires les surprennent et ils ne comprennent pas comment des femmes peuvent se promener en jupes et collants en plein froid !

Contrairement aux Français, parfois plus attentifs à leur style, les Indiens s’habillent généralement de manière pratique, sans s’attacher particulièrement à l’esthétique elle-même ou à l’image qu’ils véhiculent.

Avez-vous des anecdotes autour d’une expérience interculturelle entre nos deux cultures ?

Oui, je peux vous en raconter deux.

Justement, la première qui me vient à l’esprit est liée à l’apparence. Elle relate une situation qui s’est produite dans un aéroport parisien. Un touriste indien vêtu de manière rudimentaire entre dans une boutique et s’apprête à y faire des achats. Il se tourne vers le vendeur français pour lui poser une question sur un produit. Là, le vendeur ne lui a tout simplement pas répondu et, pire, ne lui a pas adressé la parole, comme s’il n’existait pas. Vexé et choqué par ce mépris, cet Indien est parti et a gardé une image négative de son passage en France. Le vendeur l’avait pris pour un vagabond.

La seconde anecdote se passe sur les Champs Élysées où je me promène avec un ami indien. Il aperçoit un couple avec un bébé. Il s’approche d’eux et leur demande s’il peut se prendre en photo avec le bébé qu’il trouve très mignon. Le couple français est d’abord surpris, mais finalement accepte. Pour les Indiens, une photo de vacances, ce n’est pas que la représentation de monuments et de paysages ; il faut immortaliser des visages. Les Indiens donnent beaucoup d’importance au relationnel. Pour eux, c’est primordial. Je vis d’ailleurs cette situation avec mon épouse française quand nous partons en vacances : 90% de ses photos sont des paysages et des monuments, alors que les miennes sont à 90% des personnes.

Pouvez-vous mentionner des différences entre nos deux cultures ?

Il en existe beaucoup ! En voici trois :

  • Quand il est en France (en tourisme ou mission professionnelle), le séjour d’un Indien peut vite devenir un parcours du combattant s’il ne trouve pas d’épiceries ou de restaurants indiens. Il faut comprendre que l’Inde est encore un pays très pauvre, et pour une grande majorité de la population, les goûts culinaires peuvent être parfois simples et non nécessairement ouverts à d’autres cuisines. L’autre facteur très différenciant est que 80% des Indiens sont végétariens. Au pays des boucheries et de la charcuterie, cela peut être frustrant. C’est ce que je dis toujours à mes participants : mettez-vous à leur place !
  • Globalement, les Indiens ont l’impression qu’il y a un manque d’espoir en France et trouvent que les relations humaines sont plutôt froides, notamment dans le service où les Français peuvent dégager une image arrogante et méprisante. En Inde, l’avenir nous appartient et les relations sont généralement joviales et spontanées.
  • Enfin, les Indiens sont aussi choqués par le visage de la pauvreté en France. Ils déplorent que les mendiants n’aient pas le sourire et soient isolés. En Inde, il existe une grande solidarité et des liens plus forts entre les individus, surtout en ce qui concerne les plus démunis.

Propos d’Ashok Pakiam, recueillis par Guillaume Sarrazin,
consultants Akteos, leader des formations interculturelles

Au sujet de l'auteur

Ashok PAKIAM

Ashok PAKIAM

Ashok Patrick PAKIAM, fort de 47 ans de vie a l’étranger, et de 9 ans de carrière opérationnelle avec des groupes américains et indiens, travaille depuis 12 ans dans le domaine du management interculturel. Depuis son arrivée en France en 2007, il accompagne les entreprises du CAC 40 en stratégie et management interculturel dans leurs activités à l’international. Son expérience de terrain lui permet d’intervenir en particulier sur l’Inde et les pays émergents. Son expertise repose sur la compréhension comportementale des cultures des pays, et son impact concret dans un cadre professionnel. Il créée le module interculturel pour l’École Centrale Paris en 2009 ou il est professeur dans le master « Innovation & Transformation ». Il est également enseignant à l’ IFP (Institut Français du Pétrole), au Celsa-Sorbonne.

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coupe du monde de foot

L’Amérique Latine et le foot : una fanaticada !

La hinchada, l’afición, la fanaticada, la torc...

Lire la suite
Mongolie_Art street

Mongolie, terre de contrastes

Eric de Sèze nous parle de La Mongolie, pays en c...

Lire la suite
Les Français et la grève

Les Français et la grève !

Comment le droit de grève est-il vécu en France ...

Lire la suite