EN  -  NL
Anecdotes interculturelles Cultures & Pays
Les subtilités de la communication au Japon
13 octobre 2016
3
,

Participez à la discussion sur LinkedIn

A lire : Parie-Tokyo : Allo la terre ?

Le deuxième prix du Jeu interculturel de l’été a été attribué à Philippe Deneuville qui décrit les difficultés de communication qu’on peut rencontrer au Japon si on n’est pas averti. Ces anecdotes très instructives révèlent un état d’esprit particulier qu’il faut intégrer si on veut comprendre les Japonais.

L’art de la communication au Japon

La méthode de communication japonaise

Les subtilités de la culture japonaisePour décrypter la méthode de communication japonaise, je décidai de m’initier avec mon beau-frère, professeur d’anglais à Tokyo. Je lui exposai mon point de vue sur un sujet, le plus absurde possible, et lui demandai son avis… Je vis ses yeux regarder quelques secondes le plafond, puis il me fixa et déclara : « c’est un point de vue tout à fait original ». Je compris alors qu’il fallait traduire par « tu es le premier à me sortir une telle idiotie. »

Moralité :  70% de la communication avec un Japonais du Japon ayant peu ou pas voyagé passe par le body language, 30% par la voix dont  7% au plus par les mots. Par conséquent, je ne devais pas rester bloqué par l’absence de mots japonais pour communiquer…

Un « oui » japonais peut avoir plusieurs significations…

Un jeune et beau célibataire français, ingénieur polytechnicien, bien de sa personne, rencontre une jolie Japonaise à Tokyo qui lui dit combien elle aime la culture française et sa cuisine en particulier. Le jeune Français vérifie que la Japonaise en a effectivement une bonne connaissance et lui propose alors d’aller dans un restaurant français à Tokyo. Folle de joie, la Japonaise se montre très intéressée et prend son agenda. Il lui propose le prochain samedi soir. Pas possible. Le mois suivant ? Pas possible non plus, elle est en période d’examen… Quand alors ? La réponse tombe : dans 8 mois !

Moralité : certains Japonais veulent vous faire plaisir en vous faisant des compliments, mais leur « oui oui » signifie d’abord une bonne réception de ce que vous dites sans aucune acceptation du fond… Une multitude d’autres signaux, comme la longueur d’un silence, peuvent montrer un véritable intérêt plus qu’une réponse immédiate.

Le respect au Japon

A une réunion d’équipe de notre société à Tokyo, le vice-président me demande en japonais, à mon retour de mission à Paris et devant les quarante personnes du bureau, si je suis content de mon « coup », faisant allusion à la mort de Lady Diana à Paris dont certains pensaient qu’il s’agissait d’un assassinat. Je ne suis pas au courant de l’évènement puisqu’il a eu lieu pendant mon vol Paris-Tokyo et je crois qu’il évoque les rencontres avec mes collègues parisiens. Quiproquo ! Je réponds, en japonais, que tout s’est très bien passé, que j’ai été discret en n’interférant pas avec mes appuis de Paris et qu’il aura un rapport détaillé. Le quiproquo dure un certain nombre d’échanges et c’est seulement à la sortie de réunion qu’un collaborateur me l’explique. À aucun moment, les Japonais n’ont présenté le moindre signe d’amusement et pourtant je venais d’avouer à mot couvert que j’étais bien le tueur !

Moralité : les Japonais ont reconnu mes efforts louables pour m’exprimer en japonais, effort qui méritait du respect, et ce respect chez eux fut plus fort que les rires que ce quiproquo aurait déclenchés en France si un Japonais s’était exprimé à ma place en français.

Ne pas perdre la face

En quittant le bureau, à Tokyo, mon collègue japonais avait l’habitude de marcher pendant quelques mètres avant d’appeler un taxi qui ensuite tournait à droite puis passait devant le bureau. Au bout d’une demi-douzaine de fois, je décidai de prendre la main et j’appelai un taxi en sortant du bâtiment pour éviter de marcher sous la chaleur accablante… Quand je lui indiquai la direction, le chauffeur s’excusa qu’il fût trop haut dans le boulevard pour se rabattre, couper la file et tourner à droite et qu’il devait faire le tour du pâté de maison. Je compris alors pourquoi mon collègue japonais prenait le taxi plus bas sur le boulevard…

Moralité : ni lui, ni moi ne commentèrent jamais cet impair ; je ne perdis pas la face et compris que je ne devais jamais la faire perdre à un collègue japonais.

L’attitude à adopter devant les difficultés

A Tokyo, chez un opérateur de téléphonie américain dont les employés sont japonais, nous avions beaucoup de mal à nous faire comprendre de nos collègues américains de Virginie, pour la plupart issus du Corps des Marines. J’ai donc recruté un Américain, un Marines d’Okinawa, marié à une Japonaise et parlant japonais. Les Américains étaient très satisfaits de ce recrutement, néanmoins j’ai dû le licencier à la demande des Japonais… En effet, pendant la construction d’une solution de télécommunication, il y eut un problème qui inquiéta un de nos clients. L’Américain prit alors l’attitude d’un commandant de bord pendant le naufrage d’un bateau : il chercha à rassurer son collègue japonais en lui disant que ce n’était pas grave, qu’il allait gérer la situation et qu’il pouvait se reposer sur lui. Il restait très calme, presque relax, avec une grande qualité d’écoute. Mais son collègue paniquait de plus en plus, en se demandant si l’Américain avait pris conscience de la gravité du problème. J’ai dû expliquer à l’Américain que son calme passait pour de la désinvolture, qu’il fallait considérer le problème du client comme la fin du monde et, en tout en restant calme, promettre d’appeler un vice-président.

Moralité : j’aurais dû être un manageur plus directif car un Marines ne se gère pas comme un ingénieur français. Il ne suffit pas de travailler dans un groupe international et de connaître les cultures en présence pour être en mesure de comprendre et d’accepter les différences culturelles.

Philippe Deneuville, Directeur Convergence chez ORANGE

Merci pour votre participation au jeu interculturel
Les autres anecdotes seront publiées ultérieurement

S’inscrire à Regards Interculturels

Entrer votre adresse email pour recevoir le prochain article

Au sujet de l'auteur

Philippe Deneuville

Directeur Convergence à ORANGE, Philippe Deneuville a été expatrié 9 ans au Japon. Globe-trotter dans 67 pays, il a l'interculturel dans le sang avec sa tante : Nezovitbatko, sa Mère : Garcia, son épouse : Tsuji et sa fille : Nguyen

Il y a 3 commentaires

  • Anton dit :

    Celles avec le taxi et le Marines américain sont, à mon sens, les plus pétillantes :)

    En ce qui concerne « 70% de la communication avec un Japonais du Japon ayant peu ou pas voyagé passe par le body language, 30% par la voix dont 7% au plus par les mots » — ne serait-ce la règle 7 % – 38 % – 55 % d’Albert Mehrabian ?
    Qui selon sa définition s’applique à la communication en général (sans aspect culturel).

  • Martin Jean Luc dit :

    A propos du dernier exemple… Au-delà du calme olympien affiché par cet Américain, « self control » qui a empêché son interlocuteur japonais d’avoir prise sur les repères que l’on cherche habituellement dans une société pratiquant la communication non verbale, c’est peut-être aussi et surtout l’absence d’informations concrètes et détaillées qui peut avoir été une source de perturbations. Si l’Américain a une approche des choses déductive, allant du général au particulier, une communication efficace avec un Japonais tout comme avec la plupart des Asiatiques exige à l’inverse une approche beaucoup plus inductive nous obligeant à fournir des détails concrets, parfois redondants, pour permettre le cheminement intellectuel. Un échange qui ne rassure pas en permanence par la formulation et la reformulation des informations en cas de doute ou d’inquiétude est voué à l’échec. Dans ce cas de figure notre Japonais n’avait donc plus aucune visibilité que ce soit physique (body-language) ou verbale d’où son trouble. Plutôt qu’une plus grande directivité de la part du manager, c’est à mon avis une meilleure appréhension initiale de la culture professionnelle de cet Américain issu d’un milieu professionnel que je connais assez bien (surnommé aussi « Leathernecks » littéralement les « nuques de cuir »…) et qui se caractérise par une (très) grande rigueur de travail, qui a fait défaut.
    On notera au passage le recours au vice-président qui reflète l’importance omniprésente du lien hiérarchique au Japon…

  • […] regards-interculturels.fr/2016/10/communication-au-japon/ […]

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

    Erdogan

    La Turquie, à l’heure du référendum

    Lorsqu’en 2005, Erdogan a compris que la Turquie...

    Lire la suite
    Confucius

    Confucius en Chine, Corée, Japon

    Quelle erreur de croire que l’on peut aborder le...

    Lire la suite
    Brexit

    Négocier avec les Britanniques et les Irlandais

    Un éclairage culturel pour nous mieux comprendre ...

    Lire la suite