EN  -  NL
Cultures & Pays
La Turquie, à l’heure du référendum
27 avril 2017
2

ErdoganDans le nouveau contexte politique qui s’ouvre en Turquie après le « Oui » au référendum du 16 avril, nous avons souhaité faire un point avec notre expert et formateur Turquie, Christophe Lamandé, sur la situation de ce pays d’avenir au carrefour de toutes les grandes interrogations géopolitiques. Il nous fait part de sa vision.

Lorsque l’on parle de la Turquie en ce moment, on parle surtout des attentats, des « dérives » d’Erdogan, de l’islamisme de l’AKP, des Kurdes, des réfugiés, etc.

Qu’en est-il pour le contexte des affaires ?

Pour des collaborateurs étrangers qui travaillent sur place ou pour les hommes d’affaire qui y voyagent, c’est business as usual. Istanbul, pour ne prendre que cet exemple, est une ville où la police est très présente, où il n’existe pas d’insécurité dans les quartiers d’affaire et là où vivent les expatriés. De plus, les Turcs sont, de manière générale, très accueillants et plutôt imperméables au stress. Surtout, professionnellement, ils sont très pragmatiques.

Quelles recommandations donnez-vous aux participants à vos formations Turquie ?

Trois recommandations de base, valables partout :

  • Comprendre ce qu’il se passe dans le pays et s’intéresser aux évolutions du contexte
  • Faire preuve d’humilité et ne pas jouer au chantre des droits de l’homme
  • Éviter les « sujets qui fâchent ». On ne parle pas de l’Arménie, du Kurdistan, de l’Islam et des femmes voilées.

Qu’est-ce que c’est la Turquie d’Erdogan ?

En préambule, je veux dire que si Erdogan avait fait le choix de ne pas se représenter aux dernières élections et de passer la main, il serait parti au faîte de son importance et de son influence, qu’elles soient perçues comme positives ou négatives.

La Turquie d’Erdogan, c’est d’abord un grand succès économique (stabilité, émergence de classe moyenne, augmentation du niveau de vie, etc.).

Ensuite, c’est une emprise réduite des militaires, qu’Erdogan a écarté petit à petit. C’est un changement important car l’armée est traditionnellement perçue comme le garant de la laïcité turque.

La Turquie d’Erdogan, c’est aussi une montée très forte des discours patriotiques et religieux à tendance conservatrice, sur fond d’exaltation de la nation ottomane.

Enfin, c’est une Turquie qui sort de ses frontières et qui tourne la page de l’isolationnisme kémaliste. Il est important de rappeler qu’il y a vingt ans, un dirigeant turc insultant les Allemands aurait fait l’objet d’une manchette. Avec Erdogan, les journaux européens en ont fait leur une. Depuis quelques années, il a su mettre la Turquie au centre du jeu.

Quelle est sa vision ?

Lorsqu’en 2005, Erdogan a compris que la Turquie n’entrerait pas dans l’UE, il a troqué un destin européen contre un nouveau destin ottoman. C’est à ce moment-là, selon moi, que la Turquie d’Erdogan commence à se dessiner. Il cherche depuis à se tailler un costume très large : celui du premier sultan de l’ère postmoderne. Et cette réforme constitutionnelle lui donne les outils institutionnels pour habiter ce costume.

A présent, il est entré dans sa « phase d’immortalité »…

Avec quelles conséquences ?

Je crains que nous n’assistions à la longue fin de règne d’un leader de plus en plus autocratique, âgé de 65 ans, qui ne prépare pas sa succession et qui a englué la Turquie dans une situation géopolitique difficilement tenable.

Mais ce dont je suis certain est que ça ne changera rien pour l’environnement des affaires. Malgré les déclarations fracassantes ici ou là, tout le monde travaille avec tout le monde.

Lorsque le Président Chirac a reconnu le génocide arménien en 2000, je travaillais en Turquie pour une grande société française. Le climat politique était chaud sur fond de déclarations très hostiles. Avec mes collègues, on s’est dit : « c’est la fin ». En négociateurs hors pair, nos interlocuteurs turcs ont identifié dans cette situation un très beau levier pour nous faire payer plus. C’est tout. Oui, ils me plaignaient d’avoir un tel président, mais c’était une blague !

Où va-t-on à présent ?

L’avenir le dira, mais il y a de grandes interrogations autour du système Erdogan :

  • L’ennemi historique de la Turquie, c’est la Russie (Sultan vs Tsar). L’alliance avec Poutine va contre-nature. Le jour où Poutine n’acceptera plus de se faire marcher sur les pieds par Erdogan, quid de la position turque et de son leadership à l’international ? Et on ne parle pas des rapports avec l’Europe dont les réfugiés sont un des enjeux et qu’Erdogan est cyniquement prêt à transformer en monnaie d’échange, en menaçant de les « lâcher » sur l’Europe (il l’a déjà fait).
  • Quid de l’après-Erdogan ? Personne ne le sait.
  • La Turquie commence à surchauffer. Si les classes moyennes devaient abandonner leurs rêves, ce serait la fin pour Erdogan.
  • La situation en Syrie est très difficile et ressemble de plus en plus à une aventure sans lendemain. La Turquie ne va évidemment pas envahir la Syrie… Où va-t-elle trouver les hommes et l’argent pour tenir la longueur ?

Propos de Christophe Lamandé recueillis par Mehdi Clément pour le compte d’Akteos

S’inscrire à Regards Interculturels

Entrer votre adresse email pour recevoir le prochain article

Au sujet de l'auteur

Christophe LAMANDE

Christophe LAMANDE

Christophe Lamandé est spécialiste de la gestion des situations de crise, de la communication en contexte sensible et a développé une expertise interculturelle sur la Turquie et les pays d’Afrique du nord. Il débute sa carrière en 1993 chez Carrefour. En 1997, il quitte la France pour développer le marketing et la communication de la filiale turque et est basé 4 ans à Istanbul. De retour à Paris en 2001, il devient directeur de la communication du groupe pour les hypermarchés. En 2004, il quitte le groupe Carrefour pour occuper différents postes de direction générale dans plusieurs groupes de communication internationaux. Depuis une dizaine d’années, il est devenu consultant, formateur et partage son temps entre la France, la Turquie et les pays d’Afrique du nord.

Il y a 2 commentaires

  • Interview très intéressant et une fois de plus le commerce commande. C’est donc un rapport de force comme partout. La Turquie n’a pas d’ami mais des intérêts comme beaucoup d’autres et comme nous mêmes. Quant à savoir si celle-ci une fois dans l’Union européenne aurait fait autre chose que ce qu’elle a fait et continue de faire aujourd’hui j’en doute. Voir ce que font plus ou moins les pays d’Europe centrale… L’Union européenne n’est pas encore une force politique et militaire pour imposer certaines de ses vues. Sur le plan économique ça fonctionne mieux mais pas toujours de façon unanime .Nous avons encore beaucoup de chemin à faire dans quatre générations peut être si tout va bien.

  • Arnaud Vojinovic Arnaud Vojinovic dit :

    Très instructif. Merci beaucoup.

    Arnaud

  • Répondre à Couturier Jean-Louis Annuler la réponse.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

    Le paradis et l'enfer en Europe

    Le paradis et l’enfer en Europe

    Rien de tel que l'humour pour mettre en scène des...

    Lire la suite
    Le mythe de la poupée asiatique

    Le mythe de la « poupée asiatique »

    Orasa Sae-Song a gagné le 1er prix du jeu de l'é...

    Lire la suite
    Réponse étude de cas interculturelle

    Réconcilier Américains et Brésiliens

    Comment concilier la volonté d’efficacité du s...

    Lire la suite