EN  -  NL
Management Interculturel
Les équipes multiculturelles en entreprise
18 septembre 2018
0
,

Les équipes multiculturelles : un vrai défi !

Les équipes multiculturelles en entreprisePour avoir managé des équipes multiculturelles délocalisées sur tous les continents, Carine Vinardi a été confrontée à de nombreuses situations délicates.

Avec son livre Les équipes multiculturelles en entreprise, elle a cherché à aider tous ceux qui interagissent avec des personnes de cultures différentes.

Carine Vinardi a bien voulu répondre à nos questions et nous donner des clés pour mieux comprendre les enjeux des équipes multiculturelles.

La multiculturalité est-elle un sujet d’intérêt pour les entreprises ?

La multiculturalité génère des défis importants pour l’efficacité d’une entreprise. J’ai pu me rendre compte personnellement que devenir efficace est plus compliqué lorsqu’on évolue au sein d’un « concentré de diversité ». Cela en vaut néanmoins la peine puisque l’on peut obtenir des résultats très supérieurs à ceux obtenus avec des équipes mono culturelles.

Entreprises transnationales

Il existe 80 000 entreprises transnationales ou multinationales qui représentent 2/3 du commerce mondial et 1/3 de la production mondiale. Ces chiffres ne cessent de progresser, et les clients comme les fournisseurs sont souvent localisés sur tous les continents. Travailler efficacement avec eux sans perdre de temps est devenu un élément fondamental de compétitivité.

Équipes transversales

En parallèle, les organisations évoluent de plus en plus vers des équipes transversales où différentes cultures de différents pays doivent travailler ensemble au quotidien, et le plus souvent à distance.

La question n’est donc pas seulement de savoir interagir quelques jours par mois efficacement avec ses fournisseurs ou ses clients. Il s’agit de travailler efficacement tous les jours avec des collègues de cultures différentes et sans être dans le même bureau voire le même bâtiment. Pour le manager, le vrai défi est de comprendre et de développer cette équipe et ses particularités.

Qu’entendez-vous par « équipes multiculturelles » ?

Au-delà des différences « classiques » (genre, origine sociale, religion, expériences de vie, personnalités, etc.), il existe des différences collectives que l’on regroupe sous le terme « culture ».

La culture définit l’ensemble des systèmes de valeurs, des modes de fonctionnement et de communication d’une entité. Au sein de l’environnement professionnel, la culture peut concerner plusieurs aspects :

  • Le pays (nation, région, langue…).
  • L’entreprise (histoire, actionnariat, produits ou services…).
  • Le métier (technicien, chercheur, ingénieur, commercial, fonction marketing ou production…).

Créer du lien est plus compliqué lorsqu’on est différent car naturellement ce qui nous ressemble nous rassure. Si on ajoute la distance, l’équation se complique car on perd le contact physique. Travailler en environnement multiculturel peut vous faire perdre vos repères et vous faire sortir de votre « zone de confort ».

Que faut-il pour réussir dans ce contexte ?

Pour trouver de nouveaux repères, il faut investir du temps dans ses relations avec les membres de l’équipe afin de créer la confiance nécessaire pour coopérer efficacement.

Le besoin d’engagement est souvent très supérieur à celui d’une équipe mono culturelle.

Ce n’est pas l’intelligence logique qui va être déterminante mais l’intelligence relationnelle ou ce que certains spécialistes appellent « intelligence émotionnelle ».

Pour se sentir à l’aise et être efficace au sein d’une équipe, avec des fournisseurs ou des clients multiculturels, il faut être curieux, reconnaître les différences et accepter la remise en question. Ceci afin de les respecter sans les juger.

Pouvez-vous nous donner un exemple ?

Voilà un exemple de gestion de projet par deux cultures différentes :

Jean-Marc constitue une équipe projet avec des Allemands et des Français qui n’ont jamais travaillé ensemble et qui n’ont aucune expérience multiculturelle.

1. Identifier le problème

Ils s’opposent rapidement sur la manière de démarrer le projet :

  • Pour les Allemands, il faut analyser la situation initiale en détail pour savoir exactement quels leviers activer avant de définir des objectifs concrets.
  • Pour les Français, il est nécessaire de définir la vision et l’objectif, les étapes clés du chemin à parcourir, avant d’entrer dans les détails.

Jean Marc n’avait pas anticipé un éventuel problème culturel et est surpris de l’ampleur du malentendu.

2. Trouver les causes

Il prend le temps de recevoir et d’écouter séparément les Allemands et les Français pour comprendre leur propre analyse de la situation ; leurs perceptions mutuelles sont très négatives et il prend alors conscience de la cause des malentendus :

  • Pour les Allemands, les Français dépensent leur énergie à définir des grands principes et des objectifs sans données.
  • Pour les Français, les Allemands se perdent dans des détails et en n’étant pas transparent avec eux : ils avaient certainement un agenda caché.

3. Mettre en place des actions

Jean-Marc organise une rencontre dont il est le médiateur et demande aux équipes d’exposer la situation. Il en profite pour mettre en évidence les deux façons complémentaires d’envisager le projet et obtient l’accord suivant :

  • De la part des Français : être intégrés dans la réalisation du diagnostic initial et prendre la main en début de projet, lorsque la flexibilité est nécessaire dans un environnement encore flou.
  • De la part des Allemands : accepter de définir une cible en début de projet et l’adapter en fonction des données collectées. Les Allemands acceptent également de prendre la main à la fin du projet quand les détails et la vérification de la mise en œuvre des actions sont nécessaires.

4. Résultats

Le projet fut finalement un succès tant au niveau des résultats que du respect des délais, de la qualité et des coûts, grâce aux synergies mises en place. Par la suite, Jean-Marc a utilisé à plusieurs reprises ce retour d’expérience pour travailler avec des équipes multiculturelles.

Pour conclure, que conseillez-vous ?

Cinq idées à retenir

  • Évaluer et développer ses compétences relationnelles et interculturelles.
  • Reconnaître, Respecter et Réconcilier les différences.
  • Utiliser des médiateurs pour anticiper, éviter ou résoudre les conflits.
  • Investir du temps pour créer la confiance dans l’équipe.
  • S’assurer que les dirigeants comprennent, soutiennent et s’investissent dans la construction multiculturelle.

Carine Vinardi, auteur de Les équipes multiculturelles en entreprise

Au sujet de l'auteur

Carine Vinardi

Carine Vinardi

Ingénieur de formation, Carine Vinardi a acquis une double expérience de direction opérationnelle et de direction de fonctions transversales au sein de différentes industries dont l'automobile et l'aéronautique. Elle occupe depuis plus de 20 ans des postes à responsabilité au sein d'entreprises internationales où elle est amenée à interagir quotidiennement avec des clients, des fournisseurs et des collègues de cultures différentes et elle manage depuis 10 ans des équipes multiculturelles délocalisées sur tous les continents.

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Manager une équipe polonaise

Manager une équipe polonaise

Être un bon manager en France suffit-il pour diri...

Lire la suite
L'homme mondialisé

L’homme mondialisé & le management interculturel

Pierre Robert Cloet et Philippe Pierre revisite le...

Lire la suite
contrat en Chine

Négocier un contrat en Chine

Le contrat en Chine n'est pas significatif en soi....

Lire la suite