EN  -  NL
Cultures & Pays
« L’Austronésie » : de Madagascar à l’Ile-de-Pâques, un espace en devenir ?
4 mai 2021
5
, , ,

L’Austronésie est un terme rarement utilisé par les anthropologues ou les linguistes. Cet ensemble hétérogène rassemble pourtant un vaste héritage culturel, principalement linguistique. Qu’est-ce que « l’Austronésie » ? Passage en revue des convergences … et des nouvelles lignes de fracture.

Il est souvent méconnu que le malais-indonésien, le tagalog ou le malgache appartiennent aux langues austronésiennes. Parlées par près de 5 % de la population mondiale, ces langues représentent, par le nombre de locuteurs, la 5ème famille linguistique de notre planète. Elles sont aussi, de Madagascar à Hawaï et jusqu’à l’Ile de Pâques, l’une des plus dispersées géographiquement. A lui seul, le malais-indonésien serait avec près de 300 millions de locuteurs la 8ème langue la plus parlée au monde.

La matrice taïwanaise

La parenté entre ces langues a été relevée il y a déjà plus de trois siècles par des philologues et explorateurs hollandais. Une proto-langue aurait été parlée il y au moins 6 000 ans dans le sud-est de Formose, venant elle-même des plaines côtières du sud de la Chine et du nord du Viêt Nam. De Formose, un groupe serait sorti il y a 4 000 ans pour s’établir aux Philippines, puis progressivement vers l’archipel indonésien et le Pacifique. Sur les 10 groupes de langues de cette famille, 9 proviennent de Taïwan, où elles sont aujourd’hui menacées. L’hypothèse d’une souche taïwanaise repose sur la constatation qu’il existe davantage de variations entre ces 9 langues, qu’entre l’ensemble des autres langues austronésiennes. Qui regroupent quand même … plus de 1 200 langues différentes !

Austroneske jazyky

 

Des structures communes

Parmi les caractéristiques communes, mentionnons un inventaire phonologique plutôt simple, une syntaxe tendant à positionner le verbe en début de phrase (polynésien, malgache, tagalog), même si d’autres structures (« sujet-verbe-complément ») sont aussi répandues. Sur le plan grammatical, elles ont deux caractéristiques : le « thème » (« focus » en anglais) et l’aspect verbal. Le malais-indonésien ou le tagalog utilisent communément certains procédés morphologiques comme l’affixation, ou encore le redoublement, ce dernier embrassant un champ sémantique particulièrement large pouvant désigner le collectif, la pluralité, la généralisation, la réciprocité, l’insistance ou encore l’affaiblissement du sens …

Nous avons par exemple en indonésien : orang : « une personne », orang-orang : « l’ensemble des personnes ». Ou encore en saisiyat (langue de Taïwan) : but : « une pierre », mais bat-bato-an : « un endroit rempli de pierres ». Autre exemple, le mode de détermination des liens entre interlocuteurs : l’indonésien et le tagalog distinguent ainsi entre le pronom « nous » (qui comprend la personne à qui on parle : kita) et le pronom « nous » (qui ne la comprend pas : kami). Les linguistiques s’attachent à reconstituer des mots proto-austronésiens, ancêtres théoriques des langues actuelles. Quelques exemples de mots proto-austronésiens : mata (l’œil ou la source, mata-hari étant « l’œil du jour » ou plus justement « la source du jour », i.e. le « soleil »), telu (le chiffre « trois »), lima (« main » ou « cinq ») ou encore sikan (« poisson »).

 

Grands navigateurs et migrations anciennes

Comment ce vaste ensemble linguistique est-il apparu ? Il résulte avant tout d’un mécanisme social dans lequel le puîné, qui ne peut diriger le groupe puisque c’est son aîné qui le fait, quitte le groupe pour fonder le sien. Ce modèle peut notamment s’appliquer au défrichement de Java. Quelles autres circonstances et quelles motivations animaient ces navigateurs sur leurs pirogues à balanciers (les waka) ? Quand eurent-elles lieux ? La mondialisation n’est pas un phénomène récent et ces migrations anciennes restent entourées de mystère. Les guerres d’une part, mais plus sûrement le commerce et la raréfaction des terres jouèrent un rôle dans un espace morcelé et insulaire. Les peuples voyagèrent avec leurs langues et leurs techniques (rizières inondées, cases sur pilotis …), leurs « graines » (millet …), leurs cuisines voire leurs musiques et leurs danses.  Des traits communs sont observés dans les populations aborigènes (chasses de têtes, chamanisme …) et leurs structures. On retrouve notamment à Bornéo des sociétés à chefferie, avec rituels de classe d’âges, appelées à former des guerriers.

Ces contacts anciens ont transformé ces populations qui échangèrent gènes, biens, idées et technologies. Une étude du CNRS confirme des similitudes entre le génome de la population malgache et ceux d’une soixantaine de populations d’Asie insulaire, dont une trentaine de populations indonésiennes, notamment du sud de Bornéo (PCAS, Genomic landscape of human diversity across Madagascar, 2017) … alors que les marins et marchands qui se rendaient sur la côte orientale de l’Afrique et à Madagascar étaient javanais et malais.

 

Une proximité culturelle

Au-delà des aspects linguistiques, soulignons de remarquables correspondances. L’analyse des profils culturels, par exemple entre Madagascar et l’Indonésie, révèle une proximité évidente. Que ce soit dans le rapport à la société (importance de la distance hiérarchique, application contextuelle de la règle, notion du « collectif / groupe »), au travail (raisonnement plutôt empirique, gestion du temps flexible, prise de risque modérée) ou dans les rapports aux autres (relations professionnelles axées sur la personne, communication très implicite, importance du consensus, intériorisation des émotions).

Des économies peu intégrées

L’ensemble austronésien rassemble près d’un demi-milliard d’êtres humains, avec une forte croissance démographique et urbaine, même si l’Indonésie, dont la population constitue la moitié des locuteurs de langues austronésiennes, a effectué sa transition démographique et la croissance de sa population diminue. Pourtant, au-delà des héritages culturels, les échanges commerciaux entre pays austronésiens restent modestes. Ils ne représentent qu’au maximum 12 % des exportations (pour l’Indonésie), voire seulement 2 % (pour Madagascar).

Madagascar reste économiquement à l’écart de cet ensemble. L’Ile Rouge exporte par exemple vers l’Indonésie des clous de girofle, de l’huile, du cacao et du coton. L’Indonésie livre de l’huile de palme, du savon, des pâtes, du papier… le tout pour à peine quelques dizaines de millions de dollars. L’ambassade d’Indonésie rappelait l’été derniers les quelques programmes de coopération mis en place. Ils sont modestes : dans le maritime, la pêche, la défense nationale et la culture. Quant à la Malaisie, elle a ouvert son consulat en septembre dernier. Mais si Taïwan et la Malaisie sont généralement les premiers partenaires économiques parmi les pays austronésiens, leur dynamisme n’est pas pour autant tourné vers l’Austronésie.

 

Un ensemble fracturé

Avec sa topologie fragmentée (archipels parsemés de milliers d’îles, péninsules, détroits…) de profondes divisions traversent l’espace austronésien. Pourtant, la mer a longtemps été un lien constitutif de cet ensemble. Nombre de langues austronésiennes sont aujourd’hui menacées, et Taïwan, de culture massivement chinoise, notamment après l’arrivée du Kuomintang en 1949, se cantonne surtout dans un rôle de conservatoire ou de recherche sur le sujet. Les aborigènes austronésiens, historiquement dans les montagnes de l’intérieur, ne représenteraient qu’entre 2 % et 4 % de la population de l’île.

Aujourd’hui, Taïwan (culturellement et économiquement), la Malaisie (en mélangeant fatalisme – futilité de la résistance à Pékin – et opportunisme) ou encore les Philippines du président Duterte, se tournent résolument vers le monde chinois. Les minorités chinoises rassemblent 25 % de la population malaisienne. Et même si, sur fond de nationalisme exacerbé, des rivalités se focalisent sur les îlots Spratley, Paracels ou autres Scarborough shoals, avec des prétextes économiques (pêches et exploitation d’hydrocarbures), la signature du RCEP, en novembre 2020, confirme le découplage entre réalisme économique et positions politiques face à la Chine.

Les religions contribuent aussi à fracturer cet ensemble. De la période coloniale, Madagascar et les Philippines ont recueilli des héritages catholiques forts alors que les colons protestants anglais ou néerlandais n’ont laissé que des traces modestes dans l’espace malais-indonésien. L’Indonésie, qui se veut pluraliste avec près de 10 % de chrétiens, est devenu le premier pays musulman de la planète, avec naturellement une religiosité fortement marquée par la culture locale. De nombreux réseaux de missionnaires chrétiens, bouddhistes ou musulmans sont très actifs (et en concurrence) dans la région.

Enfin, Madagascar est sensiblement tournée vers l’Afrique et l’Europe, alors que les Philippines affirment leur ancrage vers le Pacifique, et les Etats-Unis. L’anglais y est langue officielle depuis 1901.

 

L’espace austronésien impressionne de prime abord, par le poids de son héritage et son étendue humaine et culturelle. Pourtant, il reste essentiellement linguistique. Il s’agit d’un ensemble qui ne se reconnaît pas comme tel, et qui semble inexorablement se diviser, même si, de façon remarquable, l’archipel indonésien a su se maintenir comme espace culturel et économique. L’Austronésie se déchire ainsi sous le poids nouveau (ou retrouvé) de la Chine, les héritages coloniaux et religieux et des dynamismes économiques différents. Les niveaux de développement très hétérogènes entraînent par ailleurs des mouvements migratoires (Indonésie et Philippines, pays de départ vs. Malaisie et Singapour (à 75 % chinoise), pays d’arrivée). Ces migrations sont elles-mêmes génératrices de nouvelles interdépendances.

Georges JOURDAIN, CEO d’Akteos

Au sujet de l'auteur

Georges Jourdain

Georges Jourdain

Ancien consultant, Georges est un passionné des rencontres interculturelles. Son métier l’a conduit des mines de fer de Mauritanie aux aciéristes indiens, en passant par les téléviseurs polonais. Franco-canadien, il rejoint le monde du conseil en stratégie après des études de commerce à Montréal et à Lyon. En 2017, il se lance dans la formation professionnelle. Georges se consacre actuellement au développement d’Akteos en France et à l’international.

Il y a 5 commentaires

  • DE GRAVEROL GAEL DE GRAVEROL GAEL dit :

    Merci pour ce super sujet, original et bien documenté.
    Au sujet de la dynamique de peuplement et de défrichement de Java liée à la règle d’aînesse, on en retrouve un écho dans le mythe de fondation de la société pascuane, dans lequel les premiers habitants de l’île de Pâques sont contraints de quitter leur île originelle (Marae Renga) à la suite d’une querelle de succession entre les deux fils du chef décédé. Celui qui est défait doit partir en exil avec ses partisans et trouver de nouvelles terres à coloniser. C’est sans doute en partie dans cette dynamique liée aux règles d’héritage que s’est peuplé tout le Pacifique à travers des expéditions de piroguiers en quête de nouveaux territoires. Les pirogues à balancier des Austronésiens étaient beaucoup plus adaptées aux grandes traversées que les radeaux de balsa imaginés dans les années 1940 par Thor Heyerdahl et son Kon Tiki.

  • Billig dit :

    Je me suis aperçu que nos ancêtres ont été amenés à voyager beaucoup
    Plus même que l’on pourrait le penser
    Pour toutes sortes de raisons et surtout une qui est d’actualité en ce moment
    Le climat
    J’espère que les gens sont conscient de ça

  • Ravaloson dit :

    Le Sarimanok, une grande pirogue à balancier à l’ancienne a refait la traversée Bali-Madagascar naviguant également à l’ancienne, sans gps ni carte, dans les années 80 par une équipe d’universitaires anglais dirigée par Bob Hobman

  • Antqip dit :

    Je découvre votre site, très intéressant cet article !

    • Randy Donny dit :

      Modeste contribution d’un Malgache passionné d’histoire. Indonésien « orang » : malgache « ona » (betsileo)/ »olo » (côte) ou « olona » (merina). Saisiyat (langue de Taïwan) : but : malgache « vato ». bat-bato-an : « un endroit rempli de pierres », malgache « vatovatoana » : rocailleux. L’indonésien et le tagalog « kita » : malgache « tsika »/’isika ». Proto-austronésiens : « hari », malgache « hary », ce qui existe, la nature (« voahary »), tout ce qui a été créé par le « nahary » (créateur). A rapprocher justement de « la source du jour », i.e. le « soleil »). « telu » (le chiffre « trois ») : malgache « telo ». « lima » (« main » ou « cinq »), malgache : « dimy », la partie septentrional de Madagascar change le l en d.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    France VS Allemagne

    « Les Français ne travaillent pas assez » : info ou intox ? Comparaison franco-allemande et explication culturelle

    L’Austronésie est un terme rarement utilisé pa...

    Lire la suite
    La première nuit de noces d'Alexandre le Grand avec Roxane (détail) Fresque peinte en 1518-1519 par le siennois Giovanni Antonio Bazzi

    Alexandre le Grand et l’interculturalité antique

    Une relecture contemporaine voit en Alexandre une ...

    Lire la suite
    varsovie

    Regards interculturels dans l’Europe post-communiste

    Pologne, Ukraine et Tchéquie entretiennent parmi ...

    Lire la suite